Glossaire

Ce glossaire est destiné à aider les débutants avertis et ne prétend ni à l’exhaustivité ni à l’impartialité.

 

Actif net : valeur de l’actif diminué des dettes. Ce calcul est généralement effectué après retraitements. Il correspond à une des approches de la valeur de l’entreprise.

Actualisation : opération qui consiste à calculer la valeur présente d’une somme future appréciée en monnaie constante. Pour cela on utilise un taux d’actualisation.

Amortissement : perte de valeur d’une immobilisation, constatée annuellement par des dotations.

Besoins en fonds de roulement (BFR) : différence algébrique entre l’actif circulant (stocks et créances clients) et le passif circulant (dettes non financières : fournisseurs, état, organismes sociaux). On peut spécifier un BFR d’exploitation et hors exploitation.

Capacité d'autofinancement (CAF) : terme comptable désignant le résultat de l’exercice hors éléments calculés et plus values de cession d’actif. Elle correspond au résultat de l’exercice en terme de trésorerie.

Capitalisation : calcul de la valeur future d’un capital placé à terme en utilisant un taux d’intérêt (mécanisme analogue mais inverse de l’actualisation).

Capitaux permanents : ensemble des fonds de nature financière utilisés par l’entreprise. Ils apparaissent au passif du bilan. Ils sont financièrement scindés en capitaux propres et étrangers (ou empruntés).

Cash Flow : flux de trésorerie par opposition au flux comptable qui peut être calculé (comme les dotations aux amortissements). En France ils est souvent assimilé à la CAF (ou à la MBA) qui est en fait la trésorerie d’exploitation. Il correspond au flux de liquidité total attribué à un exercice donné (FNT).

Coût moyen pondéré des capitaux : coût des capitaux (permanents ou extérieurs) de l’entreprise. On peut l’apprécier en terme de taux , il se calcule alors comme un taux interne.

Crédibilité : (stocks + trésorerie + valeurs mobilières de placement) / dettes financières. Ratio de sécurité financière. S’il est supérieur à 1, il indique la possibilité d’un endettement supplémentaire (selon la norme requise).

Dettes financières : dettes envers les organismes financiers, par opposition aux dettes fournisseurs ou dettes envers l’Etat.

Dividende : rétribution des actionnaires ou propriétaires de l’entreprise.

Elasticité : rapport des variations relatives entre deux variables établi sur une fonction de résultat (ou de production). Concept utile à l’analyse des risques.

Endettement : rapport des dettes financières au total des dettes ou aux capitaux permanents.

Excédent brut d'exploitation (EBE) : valeur ajoutée + subventions – impôts et taxes – charges de personnel

Excédent de trésorerie d'exploitation (ETE) : CAF (ou MBA) corrigée des variations de BFR. Il correspond à la trésorerie effectivement apportée par l’exploitation au cours d’un exercice.

Flux net de trésorerie (FNT) d’une année : flux de liquidité total attribué à un exercice donné. Il correspond pour l’essentiel à l’ETE (ou CAF corrigée des variations de BFR) - les investissements (+ les emprunts – les remboursements s’il est calculé après financement extérieur). Les FNT servent à calculer la VAN et le TIR.

Flux net de trésorerie actualisé (FNTA) d’une année : FNT actualisé. La somme des FNTA annuels correspond à la VAN.

Fonds (ou capitaux) propres : partie des capitaux permanents représentant le patrimoine des propriétaires l’entreprise, constitués initialement ou valorisés au cours des différents exercices. Ils ont un contenu comptable précis (capitaux propres) ou financier plus large (fonds propres) faisant l’objet de retraitements et qui inclut tout ce qui n’est pas dette effective ou latente.

Fonds de roulement (FR) : passif stable diminué de l'actif immobilisé, ou à l'actif circulant (stocks et créances clients) plus la trésorerie débitrice, moins les autres dettes.

Fonds de roulement normatif : besoin de financement nécessaire à la couverture du cycle d'exploitation. Il permet au financement permanent de couvrir les immobilisations et le BFR.

Investissements : achats des biens ou services dont la durée de vie excède l’année. Ils sont dits productifs s’ils servent à générer des valeurs d’exploitation. Ils correspondent à la croissance des immobilisations.

Intensité capitalistique : capitaux permanents / effectif en personnel. La valeur de ce ratio dépend des technologies utilisées.

Levier d'exploitation : élasticité du résultat par rapport au chiffre d’affaires. Il sert à mesurer le risque d’exploitation.

Levier financier : dettes / fonds propres. Il permet de mesurer le risque financier.

Liquidité générale (ratio de) : (stocks + trésorerie) / dettes financières à court terme.

Marge brute d'autofinancement (MBA) : définition proche de la CAF dont le contenu doit être précisé par l’analyste et correspondant au résultat de l’exercice en terme de trésorerie.

Point mort ou chiffre d’affaires critique ou seuil de rentabilité : chiffre d’affaires apportant un bénéfice nul.

Prime de risque (Nous donnons notre propre définition utilisée dans le cadre de la démarche de l’évaluation financière) : traitement spécifique de l’information qui externalise une charge ou une perte prévisible ou probable et qui donnera lieu à des arbitrages entre le présent et le futur (voir aussi taux de risque).

Productivité : résultat / moyens de productions. Ces derniers peuvent être le capital ou le personnel ou les deux.

Profitabilité : résultat / chiffre d’affaires. Elle s’exprime par plusieurs ratios notamment à partir de la comptabilité analytique.

Rentabilité : résultat (avant ou après financement) / capital (total ou propre).

Retraitement financier : passage d’une approche comptable à une approche financière par le reclassement et le recalcul de certains flux.

Rotation : inverse du rapport d’un stock à un flux de référence (par exemple les achats ou les ventes). Utilisé notamment pour caractériser la valeur des éléments d’un BFR. Elle est égale à 360 / la durée de rétention du flux de référence exprimée en jours.

Rotation des capitaux : ventes / capitaux permanents. Ce ratio exprime la capacité pour un capital, à générer du chiffre d’affaires.

Score ou fonction score : notation attribuée à une entreprise à partir de certains ratios. De nombreuses fonctions ont été établies. Ce score permet de classer les entreprises (notamment en saines ou défaillantes).

Sensibilité : relation entre une variable et un objectif, établie par une fonction de résultat (ou de production). Elle est mesurée par une dérivée ou une élasticité. La notion d’impact qui inclut les variations de la variable, est également utilisée.

Soldes intermédiaires de gestion (SIG) : ensemble des résultats intermédiaires, (VA, EBE, résultat d’exploitation, résultat courant et résultat net), permettant d’apprécier les différentes politiques de l’entreprise.

Solvabilité : (stocks + trésorerie) / fonds propres. Ce ratio permet d’apprécier la sécurité à court terme de l’entreprise.

Sur-financement : situation financière qui consiste à être endetté en ayant une trésorerie dormante (non placée).

Taux d'actualisation : taux utilisé pour additionner des sommes situées à différentes périodes. Il exprime le prix du temps qui peut être défini par le taux des placements sans risque + une prime de risque qui est à calculer.

Taux de risque : prime de risque exprimée en pourcentage et intervenant notamment dans le calcul du taux d’actualisation.

Taux d'équivalence : taux d’actualisation qui rend égales les VAN de deux projets.

Taux interne de rentabilité (TIR) : taux d’actualisation qui rend nulle la VAN d’un projet. Il exprime la rentabilité du projet mesurée sur sa durée d’étude comme un placement à terme.

Valeur actuelle nette (VAN) : somme des flux annuels de trésorerie d’un projet. Ce qui implique le calcul des flux de trésorerie générés par le projet et le choix d’un taux d’actualisation.

Valeur ajoutée (VA) : chiffre d’affaires – consommations intermédiaires (ou charges externes).

Valeur de rendement : bénéfice / taux annuel d’actualisation. Cette mesure doit être faite sur plusieurs années. Elle exprime le potentiel de l’entreprise.

Valeurs mobilières de placement (VMP) : liquidité placée mais rapidement disponible, qui sert de trésorerie de précaution dans le calcul du risque financier.